Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

TEXTE seulement  

 C U B A

La Havane. 9 Janvier 2014

Yarisley Silva: « J’ai conscience du poids de la responsabilité »

Harold Iglesias Manresa

LA sauteuse à la perche cubaine Yarisley Sivla a une idée fixe en tête : s’attaquer aux 5 mètres en 2014. Une hauteur que seules la star russe Yelena Isinbayeva (5,06 m réussis le 28 août 2009 à Zurich) et la Nord-américaine Jennifer Suhr (5,02 m en salle à Albuquerque, le 2 mars 2013) ont dépassée.


La Cubaine rêve de devenir la numéro un mondiale de la perche, de franchir la barrière des 5 mètres, et de d’obtenir un bon résultat aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, au Brésil, en 2016.

Il se trouve que la Cubaine a complété le 8 juin le trio des perchistes ayant franchi 4,90 m, performance réussie à Hengelo, aux Pays-Bas, et qui lui a valu de prendre la tête du classement mondial pendant une bonne partie de la saison, et de se présenter aux Championnats du monde de Moscou avec le statut de favorite. En Russie, Yarisley a arraché une médaille de bronze in extremis avec un saut de 4,82 m.

C’est à cette dernière compétition qu’elle a resenti tout le poids de la responsabilité. Elle nous a confié que cette dose extra de pression a très probablement influé négativement sur son rendement. Rappelons que ce n’est qu’à son troisième essai qu’elle avait sauté les 4,55 m requis pour accéder à la finale. Il lui avait ensuite fallu trois tentatives pour franchir les 4,65 m et les 4,82 m.

Originaire de Pinar del Rio, Yarisley Silva, 1,61m et 60 kg, élue une nouvelle fois parmi les meilleurs sportifs cubains de l’année, a eu la gentillesse de nous livrer ses impressions sur ces derniers championnats du monde et sur sa saison 2013 en général.

La saison 2013 et les Championnats du monde de Moscou ?

D’une grande intensité. Et aussi pas mal de pression. Tous les regards sont braqués sur vous quand vous êtes en tête du classement mondial. Ce qui demande un investissement total, tant sur le plan psychologique que physique. 2013 aura été la saison la plus intense de ma carrière, avec 20 compétitions en été, et c’est l’aboutissement de nombreuses années d’efforts pour tenter de stabiliser mes résultats. À Moscou, j’ai dû m’efforcer au maximum – 12 sauts à la finale, y compris trois ratés sur 4,89 m – aussi bien aux éliminatoires que lors de la lutte pour les médailles. Jamais je n’ai eu autant de pression. Et ensuite je suis arrivée un peu fatiguée aux deux dernières étapes de la Ligue de diamant.

Votre programme d’entraînement et vos objectifs immédiats ?

Je m’entraîne de lundi à samedi près de trois heures par jour. Le mardi, le jeudi et le samedi je privilégie la technique, combinée à une pratique physique. Le lundi je fais des exercices d’acrobatie et de la course, et le vendredi je m’entraîne sur la plage. Les Championnats du monde en salle de Pologne (du 7 au 9 mars) seront mon premier objectif en ce début de saison, tout comme rester parmi l’élite mondiale, ce qui n’est pas facile. Personnellement, je préfère concourir en salle, car on se sent plus proche des gens et la compétition est plus spectaculaire.

Que pouvez-vous nous dire de votre entraîneur Alexander Nava ?

Il est comme un père pour moi. Il est très méthodique et intelligent. Il y a près de dix ans que nous travaillons ensemble et j’ai pleinement confiance en lui. Nous sommes partis de presque rien pour développer cette discipline et il nous a fallu surmonter de nombreux obstacles.

Yelena Isinbayeva ?

Une athlète exceptionnelle. Elle a fait un retour impressionnant. J’aime bien concourir avec elle, et aussi avec Suhr et la Britannique Holly Bleadsdale (blessée en 2013) et la Brésilienne Fabiana Murer. Je pense que ce sont les meilleures, même s’il y a plusieurs jeunes athlètes russes très prometteuses ».

Tel est l’avis de Yarisley Sivla, qui avait obtenu la médaille de bronze aux Jeux centre-américains et de la Caraïbe de Cartagenas de Indias (Colombie) en 2006, son premier résultat international, et ensuite une superbe troisième place aux Jeux panaméricains de Rio de Janeiro en 2007 (4,30 m).

Parmi ses objectifs, la Cubaine rêve de devenir la première spécialiste de la perche de la planète, de franchir la barrière des 5 mètres, et d’obtenir un bon résultat aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, en 2016.
 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Pelayo Terry Cuervo / Directeur éditorial:
Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page