Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

 

TEXTE seulement  

 S P O R T S

La Havane. 30 Avril 2014

Adieu à Conrado Marrero, un grand parmi les grands du baseball

Juan Diego Nusa Peñalver

CONRADO Marrero, l’une des gloires du sport cubain et du baseball mondial, est décédé à La Havane à l’âge de 103 ans. Connu sous plusieurs surnoms, dont Le Guajiro du labyrinthe, Le Premier ou Connie dans les Grandes ligues des États-Unis, ce lanceur d’exception fut un exemple de courage et de ténacité qui voua une véritable passion à son pays.


L’homme et sa légende.

Marrero reçut de nombreux éloges au cours de sa brillante carrière. Ted Williams, l’un des plus grands batteurs des Grandes ligues de tous les temps, signalait à propos du lanceur cubain : « Il a quitté les Grandes ligues en 1955, mais on se souvient encore de lui aux États-Unis, et il a été nominé au Shrine of the Eternals (Autel des éternels), la plus haute distinction conférée par le Baseball Reliquary, similaire au Panthéon du baseball de Cooperstown. »

À la différence du Panthéon du baseball, l’Autel des éternels ne s’appuie pas forcément sur les statistiques de joueurs. Ses membres sont élus sur la base d’autres mérites afin de promouvoir « une compréhension et une appréciation plus profondes du baseball ».

Conrado Eugenio Marrero Ramos fut un jeune qui rêvait de devenir un bon lanceur. Il débarqua dans les Grandes ligues à l’âge de 39 ans, sous les couleurs de la lanterne rouge du championnat, les Washington Senators. Les chroniqueurs se remémorent encore ses victoires face aux Yankees de New York.

Marrero n’était pas un lanceur ultrarapide. C’était plutôt un spécialiste de la « slider », balle glissante qui s’écarte du batteur.

Né le 25 avril 1911 à la ferme El Laberinto, dans les environs de Sagua la Grande, actuelle province de Villa Clara, dans le centre de l’Île, il commença à jouer au baseball très jeune et débuta dans les compétitions officielles sur le tard.


Marrero à la batte.

Concernant ses débuts comme lanceur, Marrero lui-même raconta qu’il avait commencé au poste de troisième base, avant de jouer au champ gauche et, comme il lançait très bien les courbes, on le faisait parfois évoluer au monticule. Mais son poste de prédilection à la défense était arrêt-court, et quatrième batteur à l’attaque.

En 1935, le club Casino Español du village côtier d’Isabela de Sagua créa une équipe de baseball. Lors d’un match contre l’équipe de la Casa Stany, de Cienfuegos, le Club Español fit appel à ses services comme lanceur. Le jeune Conrado musela les attaquants adverses et fut invité à faire partie de l’équipe, au sein de laquelle il resta pendant plusieurs années.

Conrado Marrero fut l’un des meilleurs lanceurs cubains de tous les temps, un vrai battant qui s’imposa dans les circuits auxquels il lui fut donné d’évoluer. Il s’appuyait sur un contrôle surprenant et une excellente maîtrise de la zone des prises. Il devint l’idole des supporters, capable de remplir les stades où il était annoncé comme lanceur. Sa bonne prestation lui valut même d’être désigné pour le titre de meilleur débutant de l’année dans les Grandes ligues, à un âge où beaucoup avaient laissé leurs meilleures années derrière eux : à presque 40 ans !

Conrado fut un lanceur gagnant qui fit ses preuves pendant huit saisons. Il brilla dans les séries mondiales amateur, avec 127 matches gagnés et 40 perdus de 1939 à 1945.

DÉBUTS EN ÉQUIPE NATIONALE

L’année 1939 marqua le début de Cuba aux séries mondiales de baseball amateur, dont la première édition avait eu lieu un an plus tôt en Grande Bretagne, avec la participation de deux équipes seulement : les États-Unis et le pays hôte.

La deuxième Série mondiale se déroula à La Havane, et réunit les équipes des États-Unis, du Nicaragua et de Cuba.

La principale attraction du tournoi fut le match Cuba-États-Unis, disputé le 13 août 1939 au stade La Tropical de La Havane, où l’équipe cubaine l’emporta sur le score de13-3 avec Marrero sur le monticule. Il lança avec brio les neuf manches après avoir permis cinq coups sûrs, quatre buts-sur-balles et inscrit douze retraits au bâton. C’était sa première victoire à une compétition internationale. J. B. Williams fut le lanceur perdant.

RETRAITE DU SPORT ACTIF

Marrero raccrocha les crampons en 1958, et se consacra pendant de nombreuses années à la formation des jeunes lanceurs de plusieurs provinces. En 1999, il se vit décerner le titre de Héros du travail de la République de Cuba. Conrado Marrerro était déjà dans la gloire, il entre dans l’immortalité.
 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Lazaro Barredo Medina
/ Directeur éditorial: Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page