Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

 

TEXTE seulement  

 n o t r e   a m e r i q u e

La Havane. 22 Juillet 2014

Nous ne devons pas oublier la Caraïbe
• Intervention du président du Conseil d’État et du Conseil des ministres de la République de Cuba, le général d’armée Raul Castro Ruz, à la réunion du quatuor de la CELAC et la Chine. Brasilia, 17 juillet 2014, « Année 56 de la Révolution »

(Traduction de la version sténographique du Conseil d’État)

CAMARADES présidents Xi Jinping, Correa et Browne,

Je crois que mes paroles doivent être les plus courtes de toutes celles qui ont été prononcées ici. Comme vous pouvez le constatez, il me reste peu de ressources dans la voix et je dois accueillir ce cher président Xi Jinping dans notre pays prochainement.

Je voudrais dire en substance que ma délégation partage pleinement les paroles prononcées par les présidents Solis, Correa et Browne.

Je remercie Browne d’avoir mentionné tout particulièrement la Caraïbe, ce qui vient renforcer les paroles que j’ai prononcées à ce sujet il y a quelques instants au cours de la réunion. Nous ne devons pas oublier la Caraïbe, pour ses caractéristiques et pour les raisons que j’ai expliquées. Cette région a été très loyale, spécialement envers nous.

Je me souviens de l’époque où nous étions totalement isolés, alors que nous n’avions de relations qu’avec le Mexique et quelques pays du continent. Lorsque La Jamaïque, le Guyana, Trinidad-et-Tobago et la Barbade ont obtenu leur indépendance, les quatre se sont mis d’accord et immédiatement après, la première chose qu’ils ont faite, ce fut de reconnaître Cuba, d’établir de profondes et sincères relations avec nous.

À la fin de l’année, nous avons un Sommet – celui de Cuba-CARICOM –. Tous les trois ans, nous avons des conversations, nous faisons l’analyse de nos relations, de notre coopération mutuelle, mais aussi de ce sentiment que nous ressentons d’être Caribéens… Il y a des Caribéens blancs et une énorme proportion de Caribéens noirs, d’origine africaine. Ces deux troncs qui ont formé notre nationalité : le tronc européen, disons espagnol fondamentalement, et le tronc  africain, c’est cela Cuba.

De nos jours, au dernier recensement réalisé dans mon pays récemment, on a constaté que, de façon encore très limitée, les blancs ont diminué, de mêmes que les noirs, alors que les métis ont augmenté. Parmi eux, ma petite et jolie arrière-petite fille de six ans. (Rires)

C’est pourquoi, je me joins aux paroles exprimées par les présidents et premiers ministres présents, j’y ajoute les miennes et je vous remercie. Je remercie votre peuple et le gouvernement chinois pour ce geste historique, comme l’ont qualifié plusieurs chefs d’État, qui n’a aucune comparaison avec nos expériences passées.

Je vous remercie et notre peuple vous attend prochainement dans mon pays.

(Applaudissements)

 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Lazaro Barredo Medina
/ Directeur éditorial: Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page