Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

 

TEXTE seulement  

I N T E R N A T I O N A L E S

La Havane. 5 Juin 2014

Les présidentielles syriennes montrent à l'opposition que les Syriens soutiennent Bachar al-Assad

LES présidentielles du 3 juin dernier en Syrie font partie de la lutte du président syrien contre l’opposition armée qui a plongé le pays dans la guerre, considère Evgueni Satanovski, président de l’Institut des pays du Proche Orient.

Le président Bachar al-Assad et
son épouse Asma ont exercé leur
droit de vote.

9 600 bureaux de vote ont ouvert leur porte et pratiquement 16 millions de syriens pourront élire leur futur président. Il s’agit des premières élections présidentielles depuis le siècle dernier avec la participation de plusieurs candidats. Cette loi a été établie dans la nouvelle Constitution adoptée en 2012. Le chef de l’État est élu pour 7 ans et ne peut se faire élire que pour deux mandats.

Peu d’entre eux doutent que le vainqueur de ces élections sera le candidat du Parti Baas au gouvernement, l’actuel président Bachar al-Assad. «  Al-Assad jouit d’un grand soutien parmi les Syriens, et la situation du pays est très différente de ce qu’elle était au début de la crise. La Syrie d’al-Assad résiste à l’agression étrangère », signalait le journaliste et analyste français Thierry Meyssan, pour qui ce que vit la Syrie lors de ces dernières années n’est pas un conflit interne, mais une véritable guerre.


Manifestation de soutien à l'actuel chef d'État syrien.

Evgueni Satanovski pense que ces élections sont une bonne conjoncture pour mobiliser la population syrienne, et qu’elles feront entendre à l’ennemi que le peuple soutient la majorité actuelle.

Même si l’Occident qualifie ces élections de parodie, Evgueni Satanovski met l’accent sur le fait que si en Syrie il y a la guerre « ce n’est pas un facteur clé » , une raison, pour ne pas organiser des élections.

Si cela n’est pas tenu en compte, « la moitié de la planète ne pourrait plus organiser d’élections. Mais l’Ukraine a organisé des présidentielles et l’Afghanistan aussi. Dans certains pays africains des élections sont aussi instaurées. Pourquoi elles ne seraient pas organisées en Syrie ? », demande Evgueni Satanowski. (Tiré de RT)
 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Lazaro Barredo Medina
/ Directeur éditorial: Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page