Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

 

TEXTE seulement  

I N T E R N A T I O N A L E S

La Havane. 26 Septembre 2014

L’ONU doit s’adapter à un
monde multipolaire, a affirmé
Nicolas Maduro

NATIONS UNIES.— Durant son intervention au segment du haut niveau de la 69e Période de sessions de l’Assemblée générale, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a appelé à la transformation et à la modernisation de l’ONU

« Aujourd’hui, la situation des régions est très différente de ce qu’il était en 1945. C’est un autre monde », a précisé le président.

« La Charte des Nations Unies est réellement l’un des plus beaux poèmes que l’on puisse lire ; elle est réellement devenue un instrument ignoré, oublié, dont les objectifs fondamentaux sont violés de façon permanente », a-t-il dit, ajoutant que les Nations Unies doivent s’adapter à un monde multipolaire, multicentrique et multipolaire, avec de nouveaux acteurs, des pays et des régions émergents, qui ont une voix et leurs propres pensées, et qui veulent être respectés.

Maduro a souligné le moment historique que vit l’Amérique latine au 21e siècle et sa recherche de l’intégration.

Il a mentionné l’importance de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique (ALBA), dont le 10e anniversaire approche. « Modestement, celle-ci a joué un rôle important dans la construction d’un nouveau modèle social et économique », a-t-il signalé.

Il a fait référence à l’alliance Petrocaribe, composé par 18 pays : un des projets qui illustre le mieux ce que pourrait être un monde de paix, de justice, de solidarité, de coopération et de complémentarité.

« Un autre monde est possible et nous le démontrons dans Notre Amérique », a-t-il dit, après avoir souligné la création de l’Union des Nations sud-américaines (UNASUR) et ses articulations avec le reste du monde. Il a également mentionné la Communauté des États latino-américains et caribéens (CELAC), qui s’est renforcée au Sommet de Santiago du Chili, de La Havane et bientôt à celui prévu à San José de Costa Rica, en janvier prochain.

Ce scénario, a-t-il ajouté, constitue un nouveau régionalisme auquel l’Amérique latine se joint avec optimisme et, sur la base de cette expérience, des formes apparaissent pour aller vers l’établissement d’une feuille de route en vue de la refondation de l’Organisation des Nations Unies.

Plus loin, le président vénézuélien a réaffirmé la condamnation, par son pays, du blocus des États-Unis contre Cuba, qu’il a qualifié « d’anachronisme de la Guerre froide ».

« Président Barack Obama, quand saisirez-vous l’occasion de rentrer dans l’Histoire en décrétant une fois pour toutes la levée du blocus criminel économique et la persécution exercé contre Cuba ? », a-t-il demandé.

Par ailleurs, il a mentionné, d’autres causes qui bénéficient d’un soutien international comme la solidarité envers l’Argentine contre l’agression des fonds vautours.

Le président Maduro a précisé que son pays porte une attention particulière à l’agenda post-2015 et à la réalisation des Objectifs du millénaire. « Je peux vous dire que dans notre Patrie vénézuélienne, dans le Venezuela bolivarien de notre commandant Hugo Chavez, qu’après d’immenses efforts, nous avons atteint pratiquement tous les objectifs du millénaire. »

Il a souligné les avancées économiques et sociales qui se consolident depuis le début du siècle, bien que son pays ait dû faire face à « un harcèlement permanent, à une conspiration permanente des forces de l’empire et des forces alliées à l’empire étasunien, qui a tenté à plusieurs reprises renverser la démocratie ».

Le président vénézuélien a également évoqué les problèmes qui frappent actuellement l’Humanité, comme la menace de l’épidémie d’Ébola.

« Si ce monde et notre système des Nations Unies faisaient preuve d’un peu plus de rationalité humaine, au lieu d’envoyer des drones, des missiles et des bombes pour détruire Gaza, ou pour bombarder les peuples d’Irak et de Syrie, nous pourrions concentrer nos efforts à apporter notre aide pour faire face à cette menace réelle. »

Plus loin, il a condamné les manifestations de terrorisme sous toutes ses formes.

Concernant la situation au Moyen-Orient, il a proposé de convoquer les gouvernements souverains de la République islamique d’Iran, d’Irak, de Syrie, du Liban, de Jordanie, d’Égypte, de la région, afin d’établir une stratégie politique, militaire, culturelle, de communication, intégrale, accompagnée par le Conseil de Sécurité de l’ONU. « Le reste est démentiel, le reste est une folie ! », s’est-il exclamé.

Au début de son intervention, il a remercié l’Assemblée générale des Nations Unies, tous les gouvernements, ainsi que les divers organismes du Système des Nations Unies pour l’hommage émouvant qui a été rendu, de façon simultanée, à Genève et dans d’autres lieux dans le monde, au commandant Hugo Chavez, qu’il a qualifié d’« être humain extraordinaire qui a toujours brandi les drapeaux de la cause de la paix, de l’égalité, du respect de nos peuples ». (Rédaction internationale)
 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Lazaro Barredo Medina
/ Directeur éditorial: Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page