Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

TEXTE seulement  

I N T E R N A T I O N A L E S

La Havane. 12 Février 2014

Le scandale des banquiers fugitifs : Ros-Lehtinen prise la main dans le sac

Jean-Guy Allard

LE sénateur Robert Ménendez, membre du cercle mafieux cubano-américain du Congrès des États-Unis, n’est plus le seul éclaboussé par le scandale des frères Isaias, les banquiers recherchés par la justice équatorienne, qu’il a soutenus dans leurs magouilles. La représentante républicaine de la Floride Ileana Ros-Lehtinen est également soupçonnée d’avoir trempé dans l’affaire en ayant accepté l’argent de ces milliardaires délinquants, qu’elle a aidés à s’intégrer dans leur nouveau pays de résidence.

Cette congressiste, une politicarde conservatrice furibonde qui ne manque pas une occasion de s’attaquer à Cuba, au Venezuela, à la Bolivie, à l’Équateur et n’importe quel pays progressiste d’Amérique latine, vient d’être accusée – preuves à l’appui ! – dans le site d’information The Daily Beast, d’avoir adressé des lettres à plusieurs agences fédérales en faveur des deux frères fugitifs et des membres de leur famille afin qu’on leur accorde la résidence aux USA.

Ileana Ros-Lehtinen aurait reçu – entre autres cadeaux – des banquiers véreux au moins 23 000 dollars pour son « fonds de campagne ». Pour l’instant, on ignore si, en plus de ce don d’argent volé par les deux milliardaires, la congressiste a accepté d’autres prébendes.

En Équateur, William et Roberto Isaias ont été condamnés par contumace pour détournement de fonds. Les États-Unis refusent toujours d’extrader les frères Isaias, des « copains de finance et d’industrie » qui il y a une dizaine d’année ont volé des millions de dépôts bancaires et se sont enfuis à Miami.

Les Isaias ont eu un autre allié cubano-américain dans leurs démarches pour l’obtention de la résidence américaine, en la personne du président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, le démocrate Robert Menendez, qui a passé plusieurs appels téléphoniques et écrit des lettres en faveur de leur demande de résidence, rappelle le Daily Beast.

DEUX BONS COPAINS DE LA MAFIA
CUBANO-AMÉRICAINE

Menendez et Ros-Lehtinen sont très proches de la mafia cubano-américaine de Miami. Au Congrès, Ileana Ros-Lehtinen, qui il y a quelques années confiait à la télévision britannique qu’elle approuvait « la possibilité de voir quelqu’un assassiner Fidel Castro », ne manque pas une occasion de critiquer le gouvernement du président Rafael Correa et entretient des liens étroits avec les putschistes qui ont été mis en échec en Équateur en 2010.

Le mois dernier, NBC News a révélé que le FBI avait lancé une enquête pour corruption contre Bob Menendez dans ses démarches en faveur des frères Isaias.

Le compte de campagne de Menendez aurait été généreusement renfloué par ses copains équatoriens.

LES ISAIAS RÉSIDENT DANS LE MÊME DISTRICT QUE MME ROS-LEHTINEN

Les frères Isaias auraient fait don d’au moins 23 700 dollars à Ileana Ros-Lehtinen durant les cycles électoraux de 2010, 2012 et 2014, selon les registres de la Commission de contrôle des comptes de campagne. Ils ont leur lieu de résidence à Coral Gables, précisément dans le même district qu’Ileana Ros Lehtinen…

En mars 2011, Ros-Lehtinen adressa une lettre à Arturo Valenzuela, à l’époque Secrétaire d’État adjoint des États-Unis chargé des Amériques, au nom des frères Isaias, « poursuivis à la fois politiquement et économiquement par le gouvernement équatorien ».

La congressiste s’est défendue auprès du Daily Beast en arguant que son intervention en faveur des deux banquiers escrocs n’était rien d’autre qu’un service de routine de son bureau en faveur des résidents du district.

« La famille Isaias est entrée en contact avec mon bureau et, comme il est naturel, nous avons fait part de leur préoccupation aux agences fédérales. Nous traitons des centaines de cas similaires et nous sommes probablement l’un des bureaux du Congrès qui travaille le plus sur des cas présentant un intérêt pour notre communauté », a-t-elle dit dans un langage typique du monde politique aux USA.

Mme Ros-Lehtinen a également signalé au Daily Beast qu’au contraire de son collègue Bob Menendez, elle ne se sentait pas placée sous enquête de la part du FBI en lien avec l’affaire Isaias. Le FIB s’est abstenu de tout commentaire.

Les Isaias sont recherchés en Équateur depuis la faillite de leur banque, la Filobanco, en 1998. D’après la justice équatorienne, les deux frères se sont enfuis du pays avec plus de 100 millions de dollars des fonds de la banque.

Selon le Daily Beast, en mars 2012 la congressiste républicaine a écrit à la Secrétaire d’État Hillary Clinton, au nom de Maria Estefania Isaias Plaza, pour lui annoncer qu’on lui avait refusé un visa de travail non-immigrant H1B. Alfredo Balsera, l’employeur qui avait déposé une demande de certification de travail au nom de Mme Isaias Plaza, avait apporté une contribution d’au moins 1 000 dollars à la campagne de Ros Lehtinen.

En août 2013, Ileana Ros-Lehtinen a écrit à Linda Swacina, sous-directrice du Service de Citoyenneté et Immigration des États-Unis (USCIS) à Miami, lui demandant de se prononcer sur la requête de résidence permanente de Stefano Isaias. En décembre 2013, elle a envoyé une lettre à la directrice de l’USCIS la priant de reconsidérer l’affaire de Roberto Antonio Isaias Plaza, qui s’était vu refuser la demande d’immigration.

Les membres généreux de la famille Isaias ont également contribué aux fonds de campagne du sénateur Bill Nelson, de la Floride, de la congressiste et présidente du Comité national démocrate Debbie Wasserman-Schultz, et du représentant Joe Garcia.

Ces « démocrates » sont des proches amis de Mme Ros-Lehtinen et partagent ses idées d’extrême droite et sa haine des pays progressistes d’Amérique latine.

PRÉSIDENTE DU FONDS DE DÉFENSE DE POSADA CARRILES

Ileana Ros-Lehtinen, qui doit sa première élection au Congrès à une campagne de soutien au terroriste décédé Orlando Bosch, – qu’elle anima avec Otto Reich, ex-fonctionnaire de la sale guerre de Ronald Reagan en Amérique centrale dans les années 1980, et Jeb Bush, gouverneur républicain de Floride de 1999 à 2007 – a été réélue grâce à la mafia cubano-américaine de Miami, héritière de la dictature cubaine de Fulgencio Batista.

Cette femme qui n’a pas hésité à s’envoler pour le Honduras pour soutenir publiquement le dictateur Roberto Micheletti au moment où la police réprimait dans le sang les manifestants dans les rues de Tegucigalpa, est une fervente prédicatrice de sa forme de démocratie, qui inclut les coups d’État et les assassinats.

Selon le Center for Responsive Politics, un organisme indépendant basé à Washington et dédié à la transparence de la vie politique, à la fin de la dernière décennie Ros-Lehtinen et plusieurs politiciens de la Floride ont accepté l’argent de l’escroc Robert Allen Stanford, ainsi que d’hommes politiques impliqués dans des scandales de corruption, dont Bob Ney, Jack Abramoff et Tom DeLay.

Mme Ros-Lehtinen et ses amis ont été soulagés en février 2010 à l’annonce que le chef de sécurité de Stanford avait détruit des milliers de documents du banquier à la suite de la découverte de cette gigantesque escroquerie.

Stanford était accusé d’avoir extorqué 7 milliards de dollars à des investisseurs. Dans sa tentative pour s’attirer la complaisance des politiciens – un pratique typique de la « démocratie » made in USA –, Stanford aurait également contribué au financement de la campagne de Barack Obama avec un don de 31 750 dollars.

ÉLUCUBRATIONS SUR « L’URANIUM ÉQUATORIEN »

La congressiste Ros-Lehtinen était tellement ancrée dans son fanatisme qu’en 2012, alors qu’elle était présidente du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, elle a exprimé sa crainte que « l’Iran puisse accéder aux réserves d’uranium de l’Équateur pour son programme nucléaire ».

Le président équatorien Rafael Correa fut le premier surpris par ces déclarations. « C’est la première fois de ma vie que j’apprends que l’Équateur possède de l’uranium », a-t-il ironisé.

En 2010, Ileana Ros-Lehtinen convoqua et présida un sommet latino-américain fasciste en plein Capitole de Washington. « Le moment est venu pour les États-Unis d’appuyer plus que jamais leurs amis », devait-elle déclarer dans une salle pleine de putschistes, de terroristes et de conspirateurs en tout genre.

Cet appel à soutenir les « amis », dont elle s’est gardée de révéler l’identité, provoqua des réactions de satisfaction auprès de nombre de participants, parmi lesquels figuraient le putschiste équatorien d’extrême droite Lucio Gutiérrez, auteur de la tentative de coup d’État qui mit en danger la vie du président Rafael Correa trois mois plus tôt.
 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Lazaro Barredo Medina
/ Directeur éditorial: Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page