Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

 

TEXTE seulement  

 C U B A

La Havane 3 Novembre 2014

La préparation et la sécurité:
deux règles primordiales

• Les participants à la Réunion technique de spécialistes et dirigeants pour la prévention et la lutte contre le virus Ébola, ont visité le polygone de formation destiné aux Unités de traitement de la maladie à virus Ébola et la salle d’isolement pour les voyageurs, installés à l’Institut de médecine tropicale
(IPK) Pedro Kouri


Lissy Rodriguez
Photos Yaimi Ravelo

UNE pratique consciente et sûre peut devenir synonyme d’efficience à l’heure d’affronter le risque qu’une des plus grandes urgences sanitaires de ces dernières années ne se propage dans d’autres régions du monde.

La préparation et la sécurité : deux règles primordiales

La visite de l’hôpital de campagne et de la salle d’isolement de l’IPK met en évidence l’entraînement spécial reçu par les spécialistes cubains et l’exigence d’une protection stricte, respectant les mesures de sécurité pour le personnel en contact direct avec les patients atteints de la maladie de l’Ébola.

Dirigés par le Dr Jorge Pérez, directeur du Centre et une équipe de médecins et de responsables, les techniciens et les spécialistes ont parcouru les aires de bas risque et de haut risque, où ont été installées les tentes pour l’accès du personnel médical et celles destinées à l’accueil des malades ; la zone de rangement de l’équipement de protection personnelle ; celle des cas douteux, des convalescents et des cas confirmés et une salle de réunion où le personnel médical reçoit les bilans de santé des patients, entre autres, dûment équipées en ressources humaines et matériels.

 « Des médecins et des infirmières travaillent avec un régime différencié de deux ou trois heures avec des équipes de six personnes. Chaque tente porte un nom particulier », a expliqué le Dr Jorge Pérez, puis les étudiants et les professeurs de l’Institut ont effectué la simulation d’une scène réelle, la façon de mettre et de retirer l’équipement, les mesures de sécurité impérative, et les exigences pour la manipulation des patients décédés.

Dans la salle d’isolement se trouvent des chambres individuelles de deux lits, dotées des conditions de vie nécessaires et permettant la prise en charge épidémiologique des individus asymptomatiques, en provenance des zones de transmission, où ils seront en observation durant 21 jours.

L’infirmière Yanet Poveda a souligné l’intérêt porté à cette formation par les personnels de santé cubain à l’IPK, lesquels  se trouvent aujourd’hui en première ligne pour lutter contre l’Ébola en Sierra Leone, en Guinée et au Libéria

Ensuite le directeur a fait un bref historique de l’Institution, créée par le Dr Pedro Kouri en 1937, ainsi que les défis les plus importants auxquels l’IPK a fait face afin d’assurer la protection de la population cubaine contre les maladies infectieuses, et la coopération avec d’autres pays, principalement du tiers-monde.

Il a souligné le rôle de l’IPK dans le développement des sciences biométriques en général et la micro biochimie, la parasitologie, clinique et épidémiologique, ainsi que toutes les maladies éradiquées dans l’Île, notamment la fièvre jaune, la malaria, le paludisme et la rubéole, ajoutant que depuis 1998, l’IPK est un Centre national de référence pour le traitement des patients atteints du sida.

Entre 1979 et 2013, plus de 53 000 professionnels de la santé, dont plus de 4 000 étrangers de 89 pays, ont fait leurs études à l’IPK, qui est un centre d’enseignement, de diagnostic et de surveillance, de prise en charge médicale et de recherche scientifique.

Pour le traitement de l’Ébola, l’IPK a assuré la préparation des équipes de province et de l’institution, l’entraînement des brigades médicales, qui accomplissent des missions dans des zones de transmission, en collaboration avec l’OMS/OPS, ainsi que le conseil au ministère de la Santé publique de Cuba et la création du polygone d’entraînement et la salle d’isolement.

« Nous avons déjà formé les trois brigades médicales sur les aspects cliniques, épidémiologiques, de biosécurité, d’infirmerie et de prise en charge des patients », a déclaré à Granma Jorge Pérez.

Au terme de la visite, le Nicaraguayen Yester Rizo, spécialiste en médecine interne, s’est dit très satisfait de sa visite : « Ce fut une expérience très enrichissante pour nous. Nous avons observé l’organisation du système de santé cubain, ce qui va nous servir de point de départ pour établir un plan d’urgence au Nicaragua,à partir des expériences que nous avons acquises ici et que tous les pays d’Amérique latine ont partagées ».

Néanmoins, loin de nous sentir trop confiants, nous devons perfectionner sans cesse la qualité de la formation des ressources humaines, en tenant compte de la particularité de chaque de pays, afin d’inciter à la rigueur pour rendre nos interventions de plus en plus efficaces.

 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Pelayo Terry Cuervo / Directeur éditorial:
Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page