Prisonniers politiques de l'Empire  MIAMI 5    

     

 

TEXTE seulement  

 C U B A

La Havane 12 Novembre 2014

FIHAV 2014
Un pont entre Cuba et le monde

Livia Rodriguez Delis

LA 32e édition de la Foire internationale de La Havane qui vient de s’achever s’inscrit déjà comme l’une des plus importantes en raison des nombreux projets qui contribueront à la dynamisation de l’économie cubaine.

La FIHAV 2014 s’est affirmée comme une référence pour construire de nouvelles relations commerciales, plus solides et efficaces, avec des objectifs bien définis, à partir de la présentation du portefeuille d’activités et des garanties offertes par la Loi 118 sur les investissements étrangers adoptée cette année, et les progrès enregistrés dans la Zone spéciale de développement de Mariel, située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de La Havane.

Lors de la cérémonie de clôture de la Foire, Ricardo Cabrisas Ruiz, vice-président du Conseil des ministres, a déclaré que cette année marquera un jalon important, car il s’agit de la première de ces rencontres ayant été consacrée à la promotion des investissements étrangers dans l’Île. Il s’est félicité du bilan positif de la FIHAV 2014, qui s’est traduit par un saut technologique important et par une nette amélioration du niveau et de la qualité des expositions.

Concernant le portefeuille d’affaires présenté cette année, il a précisé qu’il ne s’agit pas d’un inventaire de propositions d’investissement, mais d’objectifs bien définis dans le Programme de développement économique et social du pays, qui prévoit une participation importante du capital étranger.

Il a expliqué que la priorité est notamment accordée à la recherche de capitaux étrangers afin de contribuer à une dynamisation de la production et des services, et il a invité les responsables des entreprises cubaines à pousser plus loin les contacts établis et à continuer la prospection de pays avec lesquels pourraient s’établir des relations d’affaires et de nouveaux contrats, notamment en ce qui concerne l’investissement de capitaux et les nouvelles technologies.

« Les responsables cubains des entreprises assument une grande responsabilité, suite aux politiques et aux décisions adoptées relatives à la séparation des fonctions étatiques de celles des entreprises, l’acquisition d’une plus grande autonomie et l’élargissement des facultés de l’entreprise d’État socialiste, qui garantissent un scénario de gestion plus souple et moins centralisé », a-t-il dit.

Plus loin, il a salué la présence à la Foire d’un grand nombre d’hommes d’affaires et de délégations officielles, ce qui, a-t-il affirmé est « une preuve de l’intérêt croissant que suscite ce rendez-vous d’affaires au niveau international ».

LES LAURÉATS

Le dernier jour, a eu lieu la cérémonie de proclamation des résultats et de remise des prix, en présence d’un nombreux public. Plusieurs catégories étaient en lice : Qualité du produit, Meilleur stand et Meilleur design, entre autres. Cuba, le Brésil et l’Espagne figuraient parmi les pays les plus récompensés, avec des médailles d’or et des mentions pour la qualité de leurs produits et leur design, entre autres.

Les prix du Meilleur stand ont été attribués à l’Allemagne, au Brésil, à l’Argentine et au Mexique. L’Espagne a été le pays le plus représenté avec 132 entreprises, et le Brésil, qui a montré la plus forte progression de participation.

LES AVIS DES HOMMES D’AFFAIRES

« Aucun événement dans cette région n’a les capacités d’organisation et de participation de la Foire de La Havane », a déclaré à Granma international l’homme d’affaires basque Ignacio Uriarte, président des entreprises Idurgo y Capeans (couverts et vaisselle de luxe), et représentant de la société Vicrila (cristallerie).

Ces entreprises – Idurgo, avec 55 ans sur le marché, Capeans, avec 70 ans, et Vicrila, 125 –, sont réputées en Espagne pour la qualité et la beauté de leurs produits, présents aussi bien dans les foyers espagnols qu’à la Maison royale.

« Ni le Chili, ni l’Argentine, ni la Colombie n’ont de foire comme celle de La Havane, avec une telle quantité d’exposants d’Amérique et d’Europe. Ici, nous avons conclu des affaires avec une petite unité uruguayenne pour leur transmettre notre savoir-faire. Cette Foire est d’une importance vitale pour tous », a-t-il dit. 

Concernant les opportunités d’affaires qui s’offrent aux entreprises dans l’Île, il a signalé : « Nous sommes présents à Cuba depuis 24 ans, et nous avons une entreprise en partenariat avec le gouvernement cubain, qui n’est pas encore en fonctionnement, mais nous tenons à renforcer notre présence. De quelle manière ? Le 30 novembre nous allons mettre en service une fabrique de couverts à Santiago de Cuba, une usine de fabrication de vaisselle à l’Île de la Jeunesse, ainsi qu’une fabrique de verrerie dans la commune havanaise de La Lisa », a précisé M. Uriarte.

Et d’ajouter : « Ces trois entreprises entreront en service en 2015 et seront équipées de technologie moderne et de matériel de dernière génération. Elles auront dans un premier temps une capacité de production de 300 millions de verres et d’environ 30 millions d’assiettes. »

« À cette date, l’entreprise de Santiago de Cuba ne sera plus une entreprise mixte ; elle sera totalement gérée par Idurgo et, comme pour les autres entités, nous apporterons notre savoir-faire et l’équipement, tandis que Cuba se chargera de la main-d’œuvre qualifiée. Et après une période de trois ans, ces entités seront entièrement placées sous gestion cubaine », a-t-il dit.

Pour M. Ignacio Uriarte la matérialisation des projets dans le secteur touristique constitue une bonne base pour renforcer leur positionnement sur le marché cubain et développer les échanges.

« À présent, avec la nouvelle Loi sur les investissements étrangers, les conditions sont optimales pour investir dans l’Île, grâce aux incitations fiscales et à d’autres garanties offertes par le gouvernement cubain. Ceci nous intéresse, et après 24 ans à Cuba, nous n’allons pas laisser passer notre chance », a-t-il conclu.

ESPAGNE : INGÉNIERIE DE PRÉCISION

L’entreprise familiale Escribanos est installée dans les environs de Madrid depuis 1998. Son directeur, M. Juan Manuel Garcia, a décidé de venir à la Foire de La Havane avec une stratégie d’entrée sur le marché assez particulière.

Cette entreprise espagnole est spécialisée dans l’usinage et la fabrication de pièces mécaniques de haute précision destinées à l’industrie et l’aviation.   

Sa capacité de précision permet à Escribanos de livrer du matériel aux fabricants de trains d’atterrissage, et d’apporter des solutions spécifiques dans n’importe quelle branche de l’économie.

C’est pourquoi sa présence à Cuba ne répond pas seulement au besoin de vendre du matériel, mais de construire des alliances stratégiques avec des entreprises clés, auxquelles elle pourrait transférer de la technologie et des connaissances leur permettant de développer leur capacité industrielle et doter le pays de l’autonomie suffisante pour bien gérer le cycle de vie de ces systèmes.

« Nous ne pouvons pas fournir du matériel en espérant d’obtenir des bénéfices à moyen ou long terme, si bien que nous concevons le transfert de technologie, de savoir et d’assistance à l’industrialisation comme un véhicule beaucoup plus efficace et important pour le pays récepteur », a-t-il dit.

« Il y a d’autres avantages supplémentaires : vous créez une main-d’œuvre, vous accumulez de la technologie susceptible de servir de base à la diversification des pièces pour les équipements d’autres secteurs, plus sophistiqués ou de nature spécifique pour les entreprises cubaines », a-t-il ajouté.

En plus des contacts qui ont été établis, la FIHAV a donné aux entreprises présentes l’occasion de se réunir avec les responsables d’entreprises cubaines désireuses de proposer à leurs cadres une formation professionnelle plus poussée. « On nous a demandé notre aide pour la formation concrète dans l’usinage et le maniement des outils et des mécanismes, entre autres », a-t-il indiqué.

UN SITE DE STOCKAGE DE DERNIÈRE GÉNÉRATION À MARIEL

La société française Pirs, qui depuis une trentaine d’année fabrique des structures de dernière génération à des fins diverses, notamment des moyens de stockage, était présente pour la première fois à la FIHAV 2014, intéressée par les investissements dans la Zone de Mariel.

« Trois entreprises seulement au monde sont spécialisées dans la fabrication de ce genre de structures, deux nord-américaines et le groupe français Pirs, qui a construit des ouvrages dans une quinzaine de pays », a déclaré Julio Cesar Gonzalez, représentant pour l’Amérique latine et la Caraïbe.

Il a souligné que leur présence à Cuba avait pour but, notamment, l’implication du cette société dans la zone de stockage en vrac de Mariel, ajoutant que les solutions que peut apporter l’entreprise sont idéales pour cette tâche.

À la différence des dispositifs traditionnels de stockage tels que les silos métalliques, les propositions du groupe français sont en forme de dôme, résistants à la corrosion et inoxydables ; ils permettent de contrôler la température et les niveaux d’humidité des produits et possèdent des systèmes automatiques de charge et de décharge.

Parmi d’autres avantages : la résistance de ces dispositifs aux vents violents et aux mouvements telluriques. Ces systèmes sont plus performants pour le sucre, le maïs et les graines, même s’ils permettent de stocker tout type de produits.

Durant la Foire, où des contrats ont également été conclus dans des secteurs comme le nickel, les hommes d’affaires ont rencontré des fonctionnaires des ministères de l’Industrie alimentaire et de l’Agriculture, auxquels ils ont fait part de leur volonté de contribuer à améliorer les capacités de stockage de Cuba.

 

                             IMPRIMER CET ARTICLE


Directeur général: Pelayo Terry Cuervo / Directeur éditorial:
Gustavo Becerra Estorino
SUR CUBAWEB: http://www.granma.cu/

E-mail | Index | Español | English | Português | Deutsch | Italiano
© Copyright. 1996-2013.
GRANMA INTERNATIONAL. Tous droits réservés. / Edition numérique. Cuba.

Retour en haut de la page